Catalogue



Les yeux de brume

Auteur : Dominic Deschênes
Genre : Poésie
Année de parution : 2016
Nombre de pages : 73 (dont 4 planches couleur de Maria Vinuesa)
ISBN : 978-2-9813901-5-8

Prix : 15.00 $ Disponible


J’aime cette poésie de mots doux et réconfortants au plus profond du désespoir, quand le poète cherche timidement mais avec constance un refuge à son bonheur. Il n’y a qu’un « chardon de quiétude » pour rassurer, voire sauver l’âme du poète, Don Quichotte aux « bottes remplies de sciure ». C’est la hargne cristallisée « dans un petit caillou » qui combat la foi incendiaire ; c’est la clairvoyance « figée dans le ciment / jusqu’au fond des eaux noires » qui aspire – contre toute attente et malgré les épreuves – à une promesse de bonheur, à la grâce peut-être. L’univers de Dominic Deschênes est éclaboussé d’une indicible tristesse qui, sans atermoiement et avec pudeur, nous émeut par sa grande sincérité. Traversée par les saisons de vent et de neige, d’angoisse et de migraine, cette poésie semble parfois au bord de l’éclatement. Ainsi, ce « passager clandestin / de la vie des autres », tel un « cœur en charpie », déborde dans notre monde et le comble de sa grande et poignante beauté jusqu’à exploser comme une grenade. « Aucune eau ne peut désaltérer / de ce ciel d’uranium », mais elle peut nous entraîner dans ses remous par la force incroyable des images poétiques qui creusent son lit de douleur avec une « patience colérique ». Le recueil de Dominic Deschênes nous accorde avec générosité « un sursis de sève » et de poésie pour que nous soyons convaincus que les poètes ne sont pas une « espèce […] en voie d’extinction ». C’est une musique « cent fois plus belle que le silence / que l’on entend jamais / deux fois de la même manière » et dont je ne me lasse pas. (Fabienne Roitel)



Jeux d'ouvertures II

Auteur : Laurier Veilleux
Genre : Poésie
Année de parution : 2016
Nombre de pages : 70 (dont 4 planches couleur de Denise Campillo)
ISBN : 978-2-9813901-4-1

Prix : 15.00 $ Disponible


Écrire, pour Laurier Veilleux, est une question de nécessité. Ses Jeux d’ouvertures II, qui se présentent d’emblée comme un dialogue avec le recueil Baltiques du Prix Nobel de littérature Tomas Tranströmer, s’inscrivent dans un effort persistant de franchir le seuil de l’obscur pour atteindre ces territoires de lumière où la vie se fait plus bienveillante. Avec leurs images d’amour évocatrices, leurs fragiles passerelles vers le bonheur, et malgré la nuit, ses marécages et les regrets qui pèsent sur le passé, les poèmes de Laurier Veilleux savent nous émouvoir et nous promettre, dans le jeu insouciant de l’enfant et la clarté des étoiles, un espoir de rédemption.



Dans la forêt des orgues

Auteur : Dominic Deschênes
Genre : Poésie
Année de parution : 2015
Nombre de pages : 57
ISBN : 978-2-9813901-3-4

Prix : 15.00 $ / Disponible


Quand le poète, chanteur et musicien Dominic Deschênes arpente le territoire finlandais, les lieux d’eau et de terre – s’ils ne nous sont pas tout à fait familiers – racontent un fabuleux voyage. Dans les trouées de lumière nordique, inquiétude et lassitude se mêlent aux prières en un écho céleste. Le recueil est traversé par un souffle soyeux, une caresse liquide portée par une cohorte de noms finnois tels des gouttes bleues qui chantent dans nos têtes et « que nos mains reconnaissantes / débusquent et cueillent ». Ces poésies sont creusées par un chenal où la miséricorde assure la paix au milieu des « bois de bouleaux et d’épinettes » habités d’une mythologie boréale. Elles ne guérissent pas le poète d’une « amertume résineuse », mais lui accordent avec parcimonie et sans malice quelque bénédiction. Ce sont là des pages « au diapason de la nature » dans toute sa sauvagerie, des chants venus du fond des âges, des instants précieux « pour retrouver l’essentiel de la vie / étalé sur une planche à pain ». Dans la forêt des orgues, Dominic Deschênes nous convie à un concert humble et solennel à la fois. Il nous ramène aussi sûrement vers un rivage d’amour et d’espérance.



Les routes absentes

Auteur : François Desfossés
Genre : Poésie
Année de parution : 2015
Nombre de pages : 77
ISBN : 978-2-9813901-2-7

Prix : 15.00 $ / Disponible


Nous aimons le lien des routes parce qu’elles remontent à l’enfance, à ses semences qui nourrissent le manège des mots et des secrets, les jeux de l’amour et les alvéoles de tendresse. Le poète se promène dans le monde et hors du monde pour saisir la courbe d’un corps, suivre un chemin - « Je suis proche de toi […] je redécouvre la parole / de ton épaule » - qui le rapprochera de l’autre. L’œil et le miroir ouvrent l’espace de la beauté et le poète, ébloui et incandescent à la fois, rayonne de toute sa présence « dans les saisons complices / des solitudes conjointes ». Sa solitude est sa création dans les ombres et la lumière, dans les racines et le ciel qui ressourcent sa soif. Il cherche là un visage, là un corps, ailleurs une voix « qui exaltent [ses] songes » d’amande.


Rien n’est plus sûr que le doute

Auteur : François Vigneault
Genre : Aphorismes
Année de parution : 2014
Nombre de pages : 74
ISBN : 978-2-9813901-1-0

Prix : 15.00 $ / Disponible

Dans ce recueil d’aphorismes, il y a autant de questions que de réponses sur l’existence. Autrefois, François Vigneault traitait de l’amour et de sa démesure, de la paternité et de ses jeux, du jardin havre de paix. Ici, on dépasse les limites de la sérénité. Le monde semble en péril et quand le silence s’estompe, les mots deviennent menaçants : Le mot a l’avantage sur la bombe de pouvoir éclater à plusieurs endroits en même temps. On quitte l’humanité, ses amours et ses espoirs pour l’incertitude, voire l’athéisme, d’un monde où Dieu, l’argent, les armes et les doutes attisent la culpabilité et entaillent la conscience : Montre une arme à un enfant et il déploiera une armée dans sa tête. Parce que son temps est compté, dans ces phrases brèves et parfois acérées comme des couteaux, le poète dénonce l’inconscience des hommes devant la destruction et l’indifférence entre eux. Il s’insurge contre la religion « meurtrière » et lui oppose sa maison « fenêtres ». Malgré sa tonalité sombre, Rien n’est plus sûr que le doute se lit comme une recherche de la lumière, une volonté acharnée d’aller de l’avant, libéré de son destin avec la force de croire encore à la vie : Dans ta marche, ne regarde pas l’ombre que tu laisses, mais la lumière que tu cherches.





Battements d’ailes et coquillages

Auteur : Pierre Charland

Genre : Poésie

Année de parution : 2014

Nombre de pages : 68
ISBN : 978-2-9813901-0-3

Prix : 15.00 $  / Disponible

Ce silence qui habille les pas du poète et l’irradie jusqu’au plus profond de son être s’appelle Dieu. Une beauté faite de prière et de confiance, scellée sur l’absence et forte d’une foi inébranlable. La mémoire attisée par le souffle inégalable de l’amour se passe de la présence, chemine loin vers l’intérieur et prend le large. Courageusement et malgré « la ténèbre », le poète écoute chanter la vie, l’espérance inscrite dans les saisons. Cette émotion vive et discrète comme un mouvement de sourcil  traverse le recueil du poète avec délicatesse, sans bruit ni fureur, mais avec une force intérieure qu’on ne peut que respecter. Cette communion s’offre dans le silence et pourtant elle résonne dans « les couleurs, les menus gestes, les émotions ». La joie d’exister s'éclaire dans un cantique inachevé, dans des harmoniques rassasiées de tendresses, de fruits mûrs, de rires et de caresses, infusées de vie. La foi n’est pas exsangue. Elle exulte dans ces mots qui nous rapprochent des Autres et nous éveille à un amour familier. Érable, fenêtre, fauvette, papillon, rameau d’olivier, cerisier en fleurs, comme autant de miracles dans la vie du poète et de rendez-vous avec le pouls du monde. Ainsi la lecture de battements d ‘ailes et coquillages nous permet de « rompre le pain et partager le vin » à la rencontre d’une lumière où l’invisible frémit et nous invite à ouvrir grand notre cœur sur l’infini.


Garde ton souffle pour le chant de la gratitude

Auteur : Jean-Christophe Meyer
Genre : Poésie
Année de parution : 2011
Nombre de pages : 160
ISBN : 978-2-9808260-9-2

Prix : 12,50 $ / Épuisé

Dans ce recueil de poèmes, Jean-Christophe Meyer emprunte à la pierre sa mémoire et le chant intérieur de la gratitude. Il effleure avec délicatesse et légèreté, religiosité même, autant les sculptures effacées par le temps que les paysages sillonnés de saisons et d’étoiles. Pluie et vent, larmes et souffle, braise et terre, odeurs et lumières traversent sa poésie aux accents pastoraux. Fidèles nous tenons-nous au pied du Winzenberg dont les vignes portent l’or comme une oriflamme. Ses mots d’une rare beauté évoquent son amour de l’Alsace, de ses vignes tutélaires aux grappes gorgées de soleil, et de tous ces petits animaux humbles, hannetons, mésanges, abeilles, ou bien encore ces gestes simples qui accompagnent l’errance du poète et son attente d’un présage heureux, d’une grâce qui réchauffe le cœur. L’enfance n’est pas loin, le poète mue d’espoir en attente, de faille en vide et semble vouloir lire encore dans [ses yeux] l’urgence de l’éternel, le tremblé du soir qui ne s’en va, la nuit épurée de l’écru.

Reste ce que l’on perd (nouvelle édition)


Auteur : Dominic Deschênes
Genre : Poésie et haïku
Année de parution : 2010
Nombre de pages : 58
ISBN : 978-2-9808260-8-5

Prix : 10,00 $ / Épuisé

À travers les copeaux de chagrin, l'amertume du saule ou le soupir de la tourmente, les poèmes de Dominic Deschênes rendent presque palpable l'indicible tristesse qui sillonne ce recueil. Le poète essaie, malgré tout, de saisir le bonheur par petites touches successives et délicates, cherchant, jusqu'à la toute fin, la quiétude oubliée dans la nef des mots. Difficile alors de se tenir droit quand on a sur le dos un sac rempli de briques, avec un visage gravé sur chacune d'elles. Et ce visage qui s'émiette au fond du sablier ressemble à la fragilité de ces amours douloureuses auxquelles le poète s'arrime tel un vaisseau ivre dont le filin refuse de se rompre. C'est à nous de prendre l'exacte mesure d'une telle quête, aussi impossible que discrète, l'une des plus sincères qui soient.

Les raidillons de la mémoire

Auteure : Nora Atalla
Genre : Poésie
Année de parution : 2009
Nombre de pages : 132
ISBN : 978-2-9808260-7-8

Prix : 12,00 $ / Épuisé

Les raidillons de la mémoire explore toutes les facettes de celle-ci, et les chemins ardus – les raidillons – d’une quête qui conduit dans un gouffre où rien ne semble résister au temps, le temps toujours inéluctable, et aux blessures de l’enfance, tout comme celles d’un monde éventré par les guerres futiles. Et le sang, présent dans chaque palpitation du cœur, marque le passage des ans au rythme des balafres et des peurs qui parsèment la mémoire.

La pie voyeuse

Auteur : de Lauverdière
Genre : Poésie
Année de parution : 2009
Nombre de pages : 126
ISBN : 978-2-9808260-6-1

Prix : 12,00 $ / Disponible

Mais que raconte-t-elle, cette pie voyeuse ? De Terra nostra soumise, excessive ou bien encore conquise jusqu’au pacte en souvenance des aïeux et de la terre promise, à l’offense, à la muse et à la fête, la poésie s’égrène dans une langue touffue, mais âpre et rugueuse comme la conquête difficile des colons, des mercenaires aux rêves de fortune et des jours partagés de disette. Il y a dans cette incantation, une histoire douloureuse qui se raconte : celle des gens d’Ici, Québécois réunis ensemble à l’aube nouvelle […] sans courber l’échine. Et dans ces temps d’infamie, le poète dénonce en une longue supplique les plaies sans baume à la face du monde et la zone grise de l’indigence qui dévisage l’abondance.



Quelle heure est-il ?

Auteur : Jean Dorval
Genre : Haïku
Année de parution : 2008

Nombre de pages : 76

ISBN : 978-2-9808260-5-4



Prix : 10,00 $ / Épuisé


Une écriture éclectique qui jette un regard sur notre société moderne et ses avancées technologiques et, parfois, fait une pause sur ce qui reste de la nature au milieu des villes. Le poète s’interroge à travers le flux des fragments, pose son identité, introduit son je entre étoiles et brin d’herbe. Il a toujours le souci du poème urbain et plante sur fond de nature le cinéma, les condos, la garderie etc. Il parsème la nature de modernité.





L’autre saison

Auteure : Valérie Forgues
Genre : Poésie
Année de parution : 2007, 2012
Nombre de pages : 80
ISBN : 978-2-9808260-4-7

Prix : 12,00 $ / Épuisé

Le tout petit jour de Valérie Forgues nous glisse entre les doigts et c’est avec patience qu’il nous faut cueillir les fruits, les instants ou encore les visages et les mots qui traversent ce premier recueil. La jeune poète touche aussi bien l’ombre des gisants que la braise des paroles. Puis elle nous ramène doucement au lieu des absences où elle effleure la mémoire et le poids des souvenirs du bout des doigts. La lumière ne cesse d’éclairer ce qui est simplement là, ce filet de clarté, au-delà de la solitude et c’est à l’abri des confidences d’une fin d’après-midi que la beauté nous offre son autre saison, toute sa poésie.


De ce voyage presque rien

Auteure : Fabienne Roitel
Genre : Poésie
Année de parution : 2007
Nombre de pages : 84 (dont 4 planches couleur de Maria Vinuesa)
ISBN : 978-2-9808260-3-0

Prix : 12,00 $ / Épuisé

Avec ce quatrième recueil, Fabienne Roitel nous invite à traverser la vie comme on traverserait une terre en jachère sous un ciel pluvieux, ou encore une ville aux rues inondées. Dans ce monde de grisaille et de désolation, où la bonté se tait et où l’oubli remplit les fosses communes et les tranchées, quelques brèches de clarté subsistent néanmoins et permettent à la voix poétique, agrippée aux bois flottés, de descendre le courant jusqu’à la lumière : une fugue de Bach, le doux souvenir d’un amour, le chant émouvant de la rainette… Tout au long de cette traversée de la vie, une question nous accompagne : que nous reste-t-il lorsque mourir cogne au carreau, lorsque, rabotés au front, dégauchis au regard, égratignés en dedans, nous voici rendus au bout de ce chemin qui n'a plus de voyage ? Presque rien, en somme, sinon cette leçon essentielle : s’il nous reste une oasis à vivre, un puits où se désaltérer, seuls nos cœurs, rincés de leurs scories, y auront accès.

D’ambre et de fleurs / Kohaku to hana to

Auteurs : Dominic Deschênes et Marie Sunahara
Genre : Haïku
Année de parution : 2006
Nombre de pages : 76 (dont 6 calligraphies de Marie Sunahara)
ISBN : 978-2-9808260-2-3

Prix : 10,00 $ / Épuisé

Voici des petits poèmes rafraîchissants, où sensualité et couleurs se mêlent au fil des saisons, au gré du vent et de la plume des auteurs. Quelle joie de se laisser promener sur la beauté simple des mots et des sensations ! Quelle écriture juste et d'une grande émotion que celle de Dominic Deschênes et de Marie Sunahara ! Des haïkus qui subliment avec gravité ou légèreté le quotidien des gens et des choses. Une poésie qui saisit et les âmes qui passent et le silence des fleurs qui respirent. Un instant de pur bonheur.

Gouttière de ciel

Auteure : Fabienne Roitel
Genre : Poésie
Année de parution : 2005
Nombre de pages : 60
ISBN : 978-2-9808260-1-6

Prix : 10,00 $ / Épuisé

S’il est un mot qui caractérise tout particulièrement la poésie de Fabienne Roitel, c’est bien celui de passagèreté. Tout au long de ce recueil, l’auteure exprime en effet, avec une rare puissance d’évocation, ce sentiment propre à la vie humaine, fragile, légère et fugace. Passagère… Page après page, la passagèreté sert de signe de piste au lecteur, telle une musaraigne qui se faufile entre les mottes d’argile, que le rapace guette, que le vent d’automne avale au détour d’un bosquet d’arbres. Avec pudeur, elle consent par soubresauts au dévoilement de son intimité. Mais l’auteure est là, à l’affût, pour la capter en petits instantanés de vie quotidienne, afin de nous donner à croire que, malgré tout, notre temps est un bout d’éternité.

Reste ce que l’on perd

Auteur : Dominic Deschênes
Genre : Poésie et haïku
Année de parution : 2003
Nombre de pages : 60
ISBN : 978-2-9808260-0-9

Prix : 10,00 $ / Épuisé

À travers les copeaux de chagrin, l'amertume du saule ou le soupir de la tourmente, les poèmes de Dominic Deschênes rendent presque palpable l'indicible tristesse qui sillonne ce recueil. Le poète essaie, malgré tout, de saisir le bonheur par petites touches successives et délicates, cherchant, jusqu'à la toute fin, la quiétude oubliée dans la nef des mots. Difficile alors de se tenir droit quand on a sur le dos un sac rempli de briques, avec un visage gravé sur chacune d'elles. Et ce visage qui s'émiette au fond du sablier ressemble à la fragilité de ces amours douloureuses auxquelles le poète s'arrime tel un vaisseau ivre dont le filin refuse de se rompre. C'est à nous de prendre l'exacte mesure d'une telle quête, aussi impossible que discrète, l'une des plus sincères qui soient.

Revue Le Bilboquet (hors-série)

Auteurs : Collectif
Genres : Récit, conte, nouvelle, poésie, essai
Année de parution : 2013
Nombre de pages : 126
ISSN : 1708-8976

Prix : 12,00 $ / Épuisé

Numéro spécial dixième anniversaire regroupant plusieurs collaborateurs habituels ainsi que quelques nouvelles voix, et ce autant parmi les auteurs émergents que confirmés, de la région de Québec et d’ailleurs.





Revue Le Bilboquet (anciens numéros)

Auteurs : Collectif
Genres : Récit, conte, nouvelle, poésie, essai
Années de parution : 2004-2007
Nombre de pages : Variable
ISSN : 1708-8976

Prix : 10,00 $ / Épuisé

Dix numéros thématiques ou libres ont été publiés entre avril 2004 et octobre 2007.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire